Veuillez indiquer la marque et le modèle de votre platine à courroie dans le titre de votre sujet.

SUJET : Thorens TD126 MKIII, aide au démontage et remontage

Thorens TD126 MKIII, aide au démontage et remontage 20 Mai 2017 19:50 #1

  • tourne disque
  • Portrait de tourne disque
  • Hors Ligne
  • Membre actif
  • Messages : 81
  • Remerciements reçus 1
  • Points : 91
  • Karma: 2
Voilà le sujet,

La Thorens TD126 MKIII reprend l'architecture de la Thorens TD126 MKII mais avec une électronique et un moteur différent, dont la poulie en nylon se fend inexorablement avec le temps.
Je te conseille, si de plus le moteur fait du bruit (grincement, sifflement), d'en récupérer un sur la toile ou chez un collègue qui en aurait un en stock dont il ne se servirait pas car parfois la simple lubrification ne suffit pas.
C'est le même que sur les Thorens TD104, TD105, TD110 et TD115, par contre la poulie peut avoir un diamètre différent en fonction de la série, il est aussi à noter que deux moteurs ont été utilisés pour cette platine, un Berger (palier du dessous non visible) et un Valvo (palier du dessous visible).
Sous ce moteur, il y a encapsulé le tachymètre qui est relié au circuit électronique de la platine, ce tachymètre peut s'encrasser et empêcher la bonne rotation du moteur.
Un démontage serait donc nécessaire mais il est relativement sensible et un bon doigté est nécessaire pour effectuer cet entretien.
Avant le démontage il faut impérativement débrancher la platine du secteur et des prises de modulation (cela peut faire rire mais ce n'est pas anodin de le rappeler), retirer le plateau et le sous plateau, obstruer le palier avec un bouche trou (afin de le protéger de dépôts néfastes), bloquer le bras sur son support et mettre des cales en cartons entre la contre platine et le socle, cela pour éviter tous dommages lors de la manipulation de la platine.
Si le couvercle est toujours présent, attention, il est très fragile, très rare et donc très couteux, il faut aussi impérativement le retirer. Pour ce faire il doit être en position levé, exercer une faible pression à sa base et vers l'intérieur, puis le tirer vers soi pour l'extraire des charnières. Concernant la partie fixe à l'arrière de ce capot, il faut retirer les deux caches joues des charnières (elles sont simplement clipsées sur celles-ci) et retirer les quatre vis des charnières (deux par coté) pour terminer cette opération.
Le dessous du socle se retire après l’extraction de quatre vis à bois à tête plate.
Les câbles (secteur et modulation) sont prisonniers par clipsage aussi sur ce socle, il faut presser ces clips vers l’intérieur et les faire coulisser pour libérer les câbles. Prendre garde à ne pas arracher le câble de modulation car l’accès au boitier sous le bras n’est pas des plus aisé.
A cette étape, tu te rendras compte visuellement que la contre platine vient prendre appui sur une platine en tôle non peinte où vient se placer les trois fûts recevant les trois ressorts de la suspension. Elle en est solidaire par trois tiges filetées munies de silentblocs, de rondelles et d’écrous. Démonter cette partie, si nécessaire car une fois la contre platine retirée, les trois ressorts à boudin peuvent sortir de leurs silentblocs, ils sont collés d’origine dessus mais dans une position particulière, cela afin de centrer automatiquement la contre platine dans le socle. Je te conseille, s’ils sont toujours en place, de repérer leurs positions au cas où l’un deux veuille jouer la fille de l’air. Dans ce cas, il faut placer l’attaque de la spire vers le centre de la contre platine et coller le ressort à la colle néoprène.
Cette platine est fixée sur le socle au moyen de huit vis avec rondelles au pas prévu pour le métal. Elles sont la plupart du temps toutes desserrées donc il faut toutes les resserrer.
Les trois fûts recevant les ressorts, sont en plastique (on peut en trouver en métal sur la toile) et demandent une légère lubrification à l’huile 3 en 1 par exemple, avant toute manipulation, sous peine de venir détruire les pas de vis, en particulier le pas de vis du fût le plus près du bras car parfois la tôle, au cours d’un mauvais transport, peut avoir été légèrement déformée et ainsi venir interdire tous réglages, à contrôler donc. Dans ces fûts, tu trouveras trois rondelles en bakélite, indispensables pour le réglage de la suspension, elles servent de rondelles de friction, à ne pas perdre.
Pour retirer la façade de la platine, il y a deux leviers en plastique blanc que tu dois tirer vers toi et qui poussent deux ressorts à lame ce qui libère la dite façade en imprimant une rotation de bas en haut de celle-ci.
Pour la remonter il suffit de reprendre le tout en sens inverse, j’espère en tous cas que cela pourra t'aider un peu.
Le bon réglage de la suspension, c’est lorsque la platine est à la même auteur par rapport au pourtour du socle (un petit peu en dessous), en fait au niveau du bandeau de commande et qu’elle ne vienne pas talonner, en haut ou en bas, d’une manière trop importante lors d’une sollicitation du doigt sur la contre platine.
Écoute et vision s'accordent bien!
Dernière édition: 26 Mai 2017 13:12 par cynos.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Thorens TD126 MKIII, aide au démontage et remontage 21 Mai 2017 14:48 #2

  • Le bleu
  • Portrait de Le bleu
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 1272
  • Remerciements reçus 16
  • Points : 11916
  • Karma: 1
  • Médaille en chocolat recouverte d'alu Médaille en chocolat
Merci pour le sujet Serge :ok:
Dernière édition: 26 Mai 2017 13:13 par cynos.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.
Modérateurs: JGN

Messages non lus

Plus de sujets »